L'encyclopédie Radio Perfecto

JOHN LENNON | IL AURAIT 80  ANS AUJOURD'HUI

JOHN LENNON | IL AURAIT 80 ANS AUJOURD'HUI

Modifié le 30/10/2020 à 10:51
Partager

Rarement, un artiste aura autant incarné l’image de Janus dans son parcours que John Lennon. De lui on a tout dit, tout écrit, l’un et son contraire, la vérité comme la fiction. Né John Winston Lennon, il mourra John Winston Ono Lennon. Premier Beatles à annoncer son retrait des Beatles, il sera le dernier à verbaliser cette rupture plus de 4 ans après la dissolution du groupe, alors qu’il passait des vacances à Disneyworld en Floride.

Reconnu comme un pacifiste militant, il est pourtant né au début de la Deuxième Guerre Mondiale. Pacifiste disait-on, il sera abattu devant l’immeuble où il vivait par Mark Chapman, réalisant (pour certains conspirationnistes du futur ?) les tout premiers mots de l’album Abbey Road « Shoot me, shoot me » qu’il prononce dans la chanson Come Together.

Orphelin tôt comme McCartney, il a eu des relations extrêmement complexes avec ses deux fils Julian et Sean. Si la légende lui attribue ces propos à la naissance de son fils Julian « Cynthia allait accoucher, mais je n'allais pas rater des vacances pour un bébé. Je me suis dit que j'étais un drôle d'enfoiré et je suis parti » (https://pasonsme.com/docs/john-lennon-mort-4dcaa4), la réalité semble tout autre, son fils étant né alors qu’il était en tournée. Toutefois, interviewé par David Sheff du Playboy Magazine, il a bien affirmé : « Sean is a planned child, and therein lies the difference. I don't love Julian any less as a child. He's still my son, whether he came from a bottle of whiskey or because they didn't have pills in those days. He's here, he belongs to me, and he always will » (https://www.davidsheff.com/john-and-yoko)

Et quant au « planned child » Sean, tellement bien planifié qu’ils sont nés le même jour, et qui serait l’enfant tant désiré, lui-même reconnaît les limites de son papa dont il dit : « I have to say that, from my point of view, I felt he was a hypocrite. Dad could talk about peace and love out loud to the world but he could never show it to the people who supposedly meant the most to him: his wife and son » (https://amp.independent.ie/…/john-lennon-was-a-hypocrite-sa…)

Fortement épris de Yoko Ono malgré le « Lost Week-end » avec May Pang qu’avait suscité Yoko Ono à ce moment, John Lennon apparaît plutôt comme un homme qui aimait les femmes, beaucoup de femmes en même temps. Cette image ne serait pas pour déplaire à certains évangélistes qui se livrèrent à des autodafés quand John Lennon interviewé en 1966 par Maureen Cleave du Evening Standard a déclaré : « Christianity will go. It will vanish and shrink ... We're more popular than Jesus now – I don't know which will go first, rock and roll or Christianity» (https://www.rollingstone.com/…/when-john-lennons-more-popu…/)

Être un iconoclaste se paie souvent cher. Se liguer contre les forces du Rocher fut-ce de façon ironique : « In the cheaper seats you clap your hands. The rest of you, just rattle your jewellery » (https://faroutmagazine.co.uk/the-beatles-1963-royal-variet…/) emporte des consequences. Rien ne lui aura été épargné au point d’être présenté par la presse comme étant « Plutôt un personnage protéiforme, violent et pervers. » (https://www.leparisien.fr/…/john-lennon-n-est-plus-ce-qu-il…)

Qui était donc John Winston Lennon ? Le but de ce papier n’étant nullement de déboulonner l’Artiste du nicéphore, mais de présenter l’homme tel qu’il a pu apparaître pour son entourage. Il demeurera la moitié du binôme le plus célèbre de l’histoire de la musique. Membre fondateur des Beatles. Auteur d’une des plus belles chansons pacifistes : Imagine. Auteur de Woman, chanson testament dans laquelle il se livre, ouvrant des pans de son cœur et de ses détresses à Yoko, dont la séparation d’avec avait été « plus un échec qu’un succès ». Auteur de Jealous Guy, qui est un surligné de son existence : l’amour, toujours l’amour. Auteur de Working Class Hero, protestataire inné. Auteur de Happy Xmas (War is Over) dans un monde en pleine tourmente. Auteur de Beautiful Boy (Darling Boy) exprimant tout l’amour d’un père pour son fils. Amour qui lui sera fatal le 8 décembre 1980. Alors que Yoko Ono et lui auraient dû dîner au restaurant, John Lennon a préféré rentrer voir son fils avant qu’il s’endorme. Et sur son chemin l’attendait Mark Chapman qui lui a tiré dans le dos. (https://www.ladepeche.fr/…/19785-yoko-ono-raconte-comment-a…)... Vérité ? Légende ?

John Lennon aurait eu 80 ans ce jour, alors que fils Sean par contre fête ses 45 ans. Il a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en 1988 en même temps que les Beatles, introduits par Mick Jagger. Élevé à la dignité de MBE par la Reine Elisabeth II, il retournera la distinction en signe de protestation contre la politique étrangère du Royaume Uni en 1969.

Gérard Bertrand