L'encyclopédie Radio Perfecto

Buddy Holly

Buddy Holly

Modifié le 29/09/2020 à 13:15
Partager

Quand le folk singer américain Don McLean compose la chanson hommage American Pie en 1971, il est très loin de se douter qu’il vient de créer un événement mémoriel d’ampleur à lui tout seul. En effet, il y évoque « The day the music died » (https://youtu.be/7yHTpGog0IY), réveillant pour toute la grande communauté Rock, une blessure encore vive et qui semble n’avoir toujours pas cicatrisé… Un certain février 1959, le 03 précisément.

Ayant décollé de Clear Lake (IA) à 01 heure du matin en direction de Fargo (ND), ayant à son bord Charles Hardin Holley, Buddy Holly de son nom d’artiste, Richard Steven Valenzuela Reye, connu comme Ritchie Valens, l’auteur de la Bamba, et Jiles Perry Richardson, Jr. alias The Big Bopper, qui avait usé de son entregent pour écarter Waylon Jennings qui était le 3e passager initial de ce vol, le Beechcraft de location a crashé vers Mason City (IA) quelques minutes après avoir décollé. Conséquence d’une violente tempête de neige. Et ce fameux jour, la musique est vraiment morte…

Trois jeunes et talentueuses personnalités du Rock, destinées à un avenir plus que certain, effacées d’un trait. Pour Buddy Holly, tout avait commencé le 07 septembre à Lubbock (TX), hameau « puritain et ségrégationniste » du Sud, où il vint au monde dans une famille d’austères baptistes texans. Benjamin de sa fratrie, il est encouragé par ses parents à suivre des cours de musique. Il s’initiera tôt au violon, au piano et enfin à la guitare.

Après plusieurs passages dans de petits groupes, il se lance véritablement dans le show-business en 1956 en enregistrant avec le groupe de circonstance The Three Tunes, son standard That will be the Day co-écrit avec Jerry Allison, et inspiré par une réplique de John Wayne dans le film The Searchers (1956) de John Ford : « That will be the day ». Une fois son propre groupe The Crickets créé, il réenregistrera ce titre, qui lui ouvrira les portes de la gloire.

La machine à tubes est lancée, épaulé en ce sens par son fidèle Jerry Allison : Everyday, Oh Boy!, Well Alright, Maybe Baby, Peggy Sue (la petite amie de Jerry Allison), It’s so easy, Early in the Morning, Rave On, May be Baby, etc. Autant de titres qui nous semblent familiers. Et ils le sont, parce que ayant été repris par une bonne brochette d’artistes contemporains notamment : les Beatles, les Rolling Stones, Santana, Linda Ronstadt, Greatful Dead, etc.

Fort de son répertoire populaire, Buddy Holly et son groupe se sont lancés dans une série de concerts jusqu’à épuisement. Et dans l’optique d’avoir une meilleure vie familiale, les Crickets et lui sont convenus d’une séparation à l’amiable. Buddy voulait s’installer à New York avec sa jeune épouse et rêvait de production plus ambitieuse. Le Beechcraft a mis un terme à ce rêve, à seulement 22 ans !

Qu’aurait été le Rock avec lui vivant ? Personne ne répondra jamais à cette question. Mais ce chanteur racé et élégant a marqué durablement son époque. Toujours bien mis sur lui, avec sa paire de Wayfayrers en écaille bien en évidence (remember Elvis Costello young), il ne représentait pas le Diable et sa musique réunissait et fédérait. Il s’est approprié le Rythm and Blues du Deep South, et l’a accommodé aux sonorités issues de la Country, posant les jalons de ce que deviendra plus tard la Pop. Il a insufflé le sens mélodique qu’on ne retrouvait pas dans le Rock à ses débuts. L’illustration en est son titre Peggy Sue (https://youtu.be/bfu_gfPBPWc). L’on en sort subjugué par cet équilibre qu’il réussit à établir sans effort entre le rythme et la romance. Alors que ses compères se contentaient en général des reprises, lui-même composait la grande majorité de ses morceaux. Si les moyens techniques de l’époque étaient assez rudimentaires, et les productions plutôt dépouillées, l’énergie, le plaisir qui émergent de ses titres semblent contagieux.

Sa mort a engendré un phénomène d’idolâtrie autour de tout ce qui touche à lui. Sa paire de lunettes trouvée intacte dans l’avion a été vendue aux enchères. Paul McCartney son plus grand fan a racheté les droits d’édition de toutes ses chansons. Et elles sont nombreuses ces chansons issues de multiples enregistrements pas toutes publiées. C’est d’ailleurs à la soirée donnée par Paul McCartney, marquant l’avant-première du biopic The Buddy Holly Story de Steve Rash, que Keith Moon fut vu vivant pour la dernière fois. Un autre mort jeune du Rock. Buddy Holly aurait eu 81 cette année.

Gérard Bertrand